Etsonvelo

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 11 juin 2015

PivLock Overdrive de Smith Optics, une paire de lunette qui va faire de l'ombre à Oakley, bientôt en test

IMG_20150611_143207.jpg

Jawbone UP2, remplaçant du UP24, bientôt en test

IMG_20150611_143021.jpg

vendredi 25 avril 2014

Garmin vivofit, un bracelet qui fait maigrir

Et s’il était possible de maigrir par le simple fait de porter un bracelet ? Bien heureuse serait la population touchée par le surpoids. Le bracelet de Garmin a le pouvoir de faire maigrir son porteur mais non sans effort. Et c’est déjà un avantage qu’on ne retrouve pas chez tous les fabricants de ce type de bracelets qui mesurent l’activité physique.

Faire du sport sans en faire ?

Le Quantified Self (mesure de soi) est à la mode, avec comme produit phare les bracelets capteur d’activité. La plupart du temps ces bracelets font croire à leur porteur que l’on peut « faire du sport sans faire de sport ». Le marketing de ce genre de produit tourne autour de l’objectif d’une quantité de mouvements à réaliser chaque jour pour se déculpabiliser de ne pas pratiquer d’activité physique. C’est une supercherie.

Les bracelets poussent à atteindre l’objectif de 10 000 pas quotidiens pour avoir une bonne condition physique. Pour atteindre un tel objectif, certains se contenteront de quelques tours de pâté de maison supplémentaires ou de descendre du métro une station avant pour faire le reste du trajet à pieds. La limite de ces bracelets magiques se trouve là. Le porteur ne fait en réalité pas plus de sport qu’avant, car une activité physique de faible intensité n’a pas d’effet sur l’amélioration de la condition physique. Seuls les efforts d’intensité moyenne à élevée ont un bénéfice sur la santé et sur la perte masse grasse.

Vivofit de Garmin : Le Test

Garmin est le premier en France à proposer un bracelet qui mesure la fréquence cardiaque donc l’intensité de l’effort. Grâce à elle, il n’est plus question de quantité de mouvement mais de niveau d’effort fourni.

Il nécessite l’utilisation d’un accessoire : le moniteur de fréquence cardiaque sous la forme d’une ceinture thoracique. Il offre un suivi d’activité physique détaillé toute la journée. Il se présente sous la forme d’une ceinture thoracique. Certains s’en accommoderont et l’oublieront rapidement. D’autres trouveront son contact tout autour du torse insupportable.

Par pression de son unique bouton, le bracelet fait défiler sur son écran le nombre de pas, la distance, les calories, l’heure, la date et la fréquence cardiaque. L’affichage nécessite de la lumière ambiante faute de rétroéclairage. On retrouve sur celui-ci une jauge qui se remplit à mesure que l’on … ne fait rien. Bonne idée ! Mais mieux exploitée chez Jawbone avec son Up qui vibre pour nous rappeler que l’on ne bouge pas.

L’affichage le plus intéressant est celui de la fréquence cardiaque. D’un côté sont affichés les battements par minute et de l’autre la zone d’intensité dans laquelle on se trouve (paramétrable sur l’interface Garmin Connect). Grâce à cette information unique dans le monde des capteurs d’activité, il est possible d’adapter son effort en direct, lors d’une marche par exemple, pour en tirer le maximum de bénéfices.

Suivi des données

Garmin a eu la bonne idée de proposer l’envoi des données du bracelet soit en Bluetooth Smart ou en ANT+. Concernant Android, sachez que Bluetooth Smart ne fonctionne que depuis la version 4.3 du système.

Une fois les données transférées sur ordinateur, le résultat se retrouve sur l’interface Garmin Connect (application ou site internet). Parmi les informations recueillies on retrouve notre fameuse fréquence cardiaque mesurée toute la journée. Moins utile mais tout de même présent, le suivi du sommeil. Malheureusement, plus difficile à interpréter qu’avec le bracelet Jawbone Up. Celui-ci, n’a pas son pareil pour suivre le sommeil de son porteur. Alors que Garmin se contente d’un graphique anecdotique, Jawbone fournit des informations comme le temps d’endormissement ou celui passé en éveil.

En attendant l’arrivée en France de Basis, le Vivofit est certainement le plus intéressant des capteurs d’activité si l’on veut un vrai suivi de l’effort quotidien. L’utilisation de la fréquence cardiaque en continu en fait un allié pour celui qui souhaite faire du quotidien, un sport.

mardi 1 avril 2014

Les bracelets capteurs d’activité de demain

Intel vient de racheter Basis : Ce rachat va bouleverser les bracelets capteurs d’activité

Des bracelets qui mesurent tous les mouvements de la personne qui le porte, des montres qui communiquent avec un Smartphone comme celle de Samsung. … Toutes sortes d’appareils électroniques à porter sur soi font leur apparition. On les regroupe sous l’appellation wearable.
Samsung, Sony, Jawbone, Nike, Fitbit… beaucoup d’acteurs se lancent sur ce marché. L’arrivée d’Intel va bouleverser les technologies et la communication autour de ces produits. Le géant américain vient de racheter la meilleure technologie Quantified Self (mesure de soi) du marché en s’offrant l’entreprise californienne Basis. L’offre d’appareils de mesure de soi explose avec des acteurs devenus références dans le domaine. Il y a le Fuelband de Nike. Ce bracelet aux 100 leds qui ne passe pas inaperçu, mesure le nombre de pas et les mouvements. Jawbone avec le Up est allé plus loin avec un suivi du sommeil. Il vous réveille au moment optimal dans votre cycle de sommeil en vibrant.

 Moins connu mais pourtant bien plus évolué, Basis possède des capteurs qui font toute la différence avec les autres produits du même genre. Notamment en mesurant la fréquence cardiaque au poignet 24 heures sur 24 grâce à un capteur optique. Cette valeur physiologique est la plus importante quand on veut interpréter l’activité physique d’un individu. Bien plus importante que la simple capture du mouvement proposée par les autres constructeurs qui n’informe pas sur l’intensité de l’effort fournit. Avec un tel outil il est par exemple facile de connaître sa vraie fréquence cardiaque au repos (obtenue lors du sommeil). N’oublions pas l’interprétation plus précise des différentes phases du sommeil (le rythme cardiaque étant plus élevé en phase de sommeil profond).

Cette mesure de la fréquence cardiaque prend tout son sens face aux mauvaises recommandations matraquées à un public en mal d’activité physique. Alors qu’il est dit de bouger au moins 30 minutes par jour, la notion d’intensité de l’effort reste floue. Quand on sait qu’un effort à faible intensité cardiaque n’a pas de répercussion sur la condition physique d’une personne il y a de quoi remettre en cause les recommandations « officielles ». Seule une activité physique d’intensité cardiaque moyenne ou élevé procure une amélioration physiologique.

Et c’est là qu’intervient Basis, qui met en relation le mouvement effectué avec l’effort cardiaque fourni. ce n’est pas tout puisque le constructeur pousse le niveau de captation encore plus loin en captant la transpiration et la température corporelle. De quoi laisser encore plus loin derrière la concurrence qui peine à innover. On constate en effet que depuis Fitbit, Nike ou Jawbone, l’aventure du Quantified Self a intéressé de nombreuses sociétés sans jamais bouleverser la mesure de soi : Le géant du sport électronique Garmin s’y est mit avec son vivofit, le spécialiste de la santé numérique Withing également avec son Pulse et de plus petites sociétés comme Misfit Wearables avec son Shine.

Avec ce rachat et ses moyens, Intel est donc bien armé pour faire face à une certaine concurrence encore en sommeil. On attend en effet encore Apple qui n’arrivera certainement pas sur la pointe des pieds ou encore Samsung et Sony qui s’amusent à la Smartwatch. Une Smartwatch qui sera sûrement le support de la technologie Quantified Self du futur pour ces trois géants de l’électronique.